Navigation – Plan du site

Notes aux auteurs

Les articles scientifiques publiés par la revue Ambiances devront comprendre de 25000 à 50000 signes, espaces, notes et bibliographie compris, et satisfaire les règles de présentation suivantes.

Mise en forme de l’article

Le texte de l’article est remis au format .doc (MSWord). Les illustrations sont remises dans des fichiers images séparés. Le texte et les illustrations jointes sont à envoyer par courrier électronique à l’adresse : journal@ambiances.net

Le texte de l’article doit débuter par les éléments suivants :

  • Titre de l’article en français (obligatoire) ;

  • Sous titre de l’article en français (facultatif) ;

  • Titre de l’article en anglais (obligatoire) ;

  • Sous titre de l’article en anglais (facultatif) ;

  • Titre de l’article dans la langue du ou des auteurs, si ce n’est ni le français ni l’anglais (facultatif) ;

  • Sous titre de l’article dans la langue du ou des auteurs (facultatif) ;

  • Prénom et nom du premier auteur ;

  • Texte de présentation du premier auteur comprenant l’affiliation, les fonctions, l’adresse email (100 mots maximum) ;

  • Prénom et nom du deuxième auteur ;

  • Texte de présentation du deuxième auteur comprenant l’affiliation, les fonctions, l’adresse email (100 mots maximum) ;

  • Prénom et nom de l’auteur suivant ;

  • Texte de présentation de l’auteur suivant (100 mots maximum) ;

  • Résumé de l’article en français (200 mots maximum) ;

  • Mots-clés en français : 3 à 10 mots-clés séparés par des virgules ;

  • Résumé de l’article en anglais (200 mots maximum) ;

  • Mots-clés en anglais : 3 à 10 mots-clés séparés par des virgules.

Le texte est présenté de la façon la plus simple possible : police Times ou Times New-Roman, texte non justifié, sans feuille de style, et sans coupure de mot.

Les titres doivent être bien identifiés dans des paragraphes séparés. Ne pas utiliser plus de deux niveaux de titres (en plus du titre de l’article).

Le texte ne doit pas comprendre de mise en forme particulière (souligné, italique ou gras par exemple). Cependant, la mise en forme italique est autorisée :

  • Pour les abréviations et expressions latines : sic, sq., in, id., ibid., et al., i. e. Toutefois, laisser en romain : cf., a priori, a posteriori, a fortiori, a contrario ;

  • Pour les titres d’ouvrages, journaux, magazines, films, tableaux cités dans le corps du texte ;

  • Et exceptionnellement pour faire ressortir des mots ou groupes de mots dans le corps du texte, notamment ceux qui font l’objet d’une analyse dans l’article (ne pas utiliser le gras ou le soulignement) ;

  • Pour tout terme ou locution dans une langue qui n’est pas celle de l’article.

Citations

Les citations doivent correspondre exactement au texte original. Les auteurs sont responsables de leur exactitude.

Les citations courtes (1 à 2 lignes) sont données dans le texte, en romain, entre guillemets.

Les citations longues (plus de 2 ou 3 lignes) sont sorties du texte, indiquées par un retrait à gauche, un espace avant et un espace après, sans guillemets, avec la référence entre parenthèses. Par exemple :

Une rupture intervient si l’on fait l’hypothèse que la mobilité ne consiste pas à prendre place dans un ordre, mais à s’approprier une ressource pour en faire usage. […] La mobilité n’apparaît plus alors comme un déplacement fortement balisé et organisé (par les institutions telles que l’école) entre des points fixes (comme également dans les étapes d’une initiation), mais comme une construction plus libre, plus individuelle, plus conjoncturelle. (Bourdin, 2005, p. 8)

Dans le cas d’extraits d’entretiens réalisés par l’auteur, la présentation suit la même règle en indiquant entre parenthèses le nom de l’enquêté(e) et quelques informations éventuellement utiles.

  • 1 Traduction personnelle du texte original: The proliferation of visual imagery in modernity promotes (...)

Les citations en langue étrangère sont traduites, le texte original étant mentionné en note de bas de page. Par exemple : « La prolifération de l’imagerie visuelle dans la modernité promeut l’idée que le monde est, avant tout, quelque chose à voir » (Classens, 2005, p. 147)1

Les interventions de l’auteur dans le texte d’une citation (suppressions, adjonctions ou remplacements de mots ou de lettres) sont indiquées entre crochets. Par exemple :

  • Coupures de texte : […] ;

  • Modifications : pren[aient] ;

  • Commentaires : [il est ici question du Monde] ou [nous soulignons].

Épigraphe

Les textes mis en exergue (épigraphes) sont alignés à droite avec un retrait à gauche. Par exemple :

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme (F. Rabelais)

Illustrations

Pour insérer une illustration dans le texte, ajoutez les paragraphes suivants :

La mention « Illustration 1 : » suivie du titre de l’illustration (obligatoire, le numéro étant incrémenté à chaque nouvelle illustration)

Une légende pour l’illustration si nécessaire (cette légende facultative peut permettre de préciser certains éléments sur une carte ou une photographie par exemple)

La source de l’illustration (obligatoire)

Les droits de l’illustration (obligatoire)

Ces paragraphes sont insérés à l’endroit du texte où doit apparaître l’illustration. Le numéro doit figurer dans le titre du fichier image séparé correspondant à l’illustration.

Chiffres et dates

Les règles utilisées sont les suivantes :

  • Pour les dates : écrire 1995-1998 (et non 1995-98) ;

  • Pour les numéros de pages : écrire p. 141-149 (et non 141-9, ni pp. 141-149) ;

  • Pour les tomes : optez pour l’arabe : t. 1 ;

  • Pour les siècles : « XXe siècle ». Le « e » est en exposant. Il importe de vérifier également la bonne typographie des siècles : XIXe siècle et non 19ème, 19è ou XIXè ;

  • Les Républiques en toutes lettres : Troisième République, Quatrième République ;

  • Numéros des universités en chiffres arabes : Montpellier 3, Paris 12 ;

  • Premier, première : 1er, 1re ;

  • Deuxième : 2e.

Notes de bas de page

Les notes de bas de page sont utilisées avec parcimonie : pas plus de vingt notes pour un article long, une dizaine pour un article court.

Les notes de bas de page ne doivent pas être utilisées pour préciser les références bibliographiques, sauf dans le cas de l’épigraphe ou de références utilisées de manière accessoire.

Dans tous les cas, il est demandé de ne pas dépasser une centaine de mots par note.

Appels de références bibliographiques

Dans le texte, les appels de références bibliographiques sont signalés entre parenthèses et composé par :

  • Le patronyme du ou des auteurs, suivi d’une virgule ;

  • L’année de publication, éventuellement suivie d’une lettre si la bibliographie contient plusieurs ouvrages de l’auteur pour une même année ;

  • Le numéro de page lorsque cette information est pertinente.

Par exemple : (Thibaud, 1998a, p. 190), (Thibaud, 1998a, 1998b), (Thibaud, 1998 ; Chelkoff, 2002), (Howes, 1999, p. 393 et suiv.), (Foucault, 2001, p. 1021 ; 2003, p. 133).

Lorsque la référence appelée comporte plusieurs auteurs, on ajoute la mention « et al. » à partir du troisième auteur. Par exemple : (Chelkoff, Thibaud, Leroux et al., 1997).

Les numéros de pages sont obligatoirement précédés de la mention « p. ». Ne pas utiliser « pp. ».

Quand la référence continue d’être la même, dans le texte, on recourt à « ibid. » : (ibid., p. 192). On emploie « ibid. » seul quand on fait référence à la même page que la précédente citation. Au sein d’un même paragraphe, il est même possible de se passer complètement de « ibid. » : (p. 123) ; (p. 124).

Pour les ouvrages anciens republiés, l’appel de note pourra comprendre la date de publication originale suivie de la date de l’ouvrage cité en bibliographie. Par exemple : (Rabelais, 1532, 2008).

Références bibliographiques

Les références bibliographiques sont regroupées en fin d’article, sous le titre « Bibliographie ». Elles sont présentées par ordre alphabétique de nom d’auteur et seul le premier prénom est développé pour chaque auteur. La mise en forme des références doit rester cohérente. Dans la mesure du possible les prénoms des auteurs doivent être développés, le nombre de pages des ouvrages fourni, la ville d’édition donnée. Les règles de mise en forme des références sont les suivantes :

Ouvrage collectif

Zardini, Mirko (ed.). 2005. Sensations urbaines, une approche différente à l’urbanisme, [Exposition. Montréal. CCA. 2006]. Montréal : Lars Muller.

Ouvrage avec collection et première édition mentionnée

Augoyard, Jean-François. 2010 [1979]. Pas à pas : essai sur le cheminement quotidien en milieu urbain. Grenoble : A la Croisée.

Article de revue

Watts, Greg R ; Pheasant, Rob J & Horoshenkov, Kirill V. 2011. Predicting perceived tranquillity in urban parks and open spaces. Environment and planning B. vol 38, n° 4, p. 585-594.

Article de revue électronique

Desroches, Dominic. 2011. La fabrication du climat politique - Analyse de l’espace émotionnel et de la communauté d’émotions. Implications philosophiques [en ligne]. Disponible sur : http://www.implications-philosophiques.org/semaines-thematiques/passions-dans-lespace-public/la-fabrication-du-climat-politique/ (consulté le 26 octobre 2012).

Chapitre dans un ouvrage collectif

Crunelle, Marc. 2002. Smell and architecture what is the connection ? = Odorat et architecture : quels liens ? In : Candau, Joël ; Grasse, Marie-Christine & Holley, André (eds.). Fragrances : du désir au plaisir. Marseille : Ed. Jeanne Laffitte. p. 183-189.

Communication dans des actes de congrès édités

Audas, Nathalie. 2012. Les prises affectives des lieux en tant qu’expression de l’ambiance urbaine. In : Thibaud, Jean-Paul & Siret, Daniel (eds.). 2012. Ambiances in action - Ambiances en actes : Proceedings of the 2nd international congress on ambiances - Actes du 2nd congrès international sur les ambiances, Montréal, 19 - 22 septembre 2012. Grenoble : Réseau international Ambiances : École nationale supérieure d’architecture de Grenoble. p. 245-250.

Actes complets

Bourdakis, Vassilis & Charitos, Dimitris (eds.). 2006. Communicating Spaces(s): Proceedings of the 24th conference on education in computer aided architectural design in Europe, 6-9 september 2006, Volos. Volos (Greece): School of Engineering, University of Thessaly.

Thèse en ligne

Karoui, Hind. 2012. Sensibilité aux ambiances lumineuses dans l’architecture des grandes demeures husseinites du XVIIIe - début XIXe siècles [en ligne]. Thèse de doctorat. Tunis : École Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis. Disponible sur  : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00724004 (consultée le 19 septembre 2012).

Rapport ou littérature grise

Gresset, Philippe. 1990. La ville au risque du pittoresque. Paris : École d’Architecture de Paris-Villemin ; Bureau de la recherche architecturale (BRA). Rapport de recherche.

Dupagne, Albert & Hauglustaine, Jean-Marie. 1984. Architectural design, a case study. Liège: Université de Liège. Rapport de recherche n° EEA-5-060-B(G).

Films / Musique

Rio Cresson (Pseudo). 2010. Marcher ensemble [en ligne]. Rio de Janeiro : Laboratoire Cresson. Vidéo : 3'28. Disponible sur : http://www.vimeo.com/8203330 (consultée le 24 octobre 2012).

Valcin, Nadine (réal.). 2005. Une école sans frontière [en ligne]. Montréal : Office National du Film, 51'. Disponible sur : http://www.onf.ca/ (consulté le 21 février 2008).

DVD - CD

Podz, Louis Bolduc (réal.) ; Avard, François & Mercier, Jean-François (aut). 2006. Les Bougon, c’est aussi ça la vie [DVD]. Série télévisée. Montréal : Atlantis Vivafilm. 5 DVD : 578'.

Site internet

Centre de Ressources Électroniques sur les Villes. Tours : MSH Val de Loire. Disponible sur : http://www.crevilles.org/mambo/index.php (consulté le 3 novembre 2012).

Image publiée

Söderström, Ola. 2000. Séance de discussion durant le séminaire. Photographie. In : Söderström, Ola. Des images pour agir : le visuel en urbanisme. Lausanne : Éditions Payot. p. 98.

Pour tous les documents accessibles en ligne il est nécessaire de rajouter aux notices habituelles les informations suivantes : [en ligne]. Disponible sur : http://... (consulté le <jour> <mois> <année>).

Notes

1 Traduction personnelle du texte original: The proliferation of visual imagery in modernity promotes the notion that the world is, above all, something to see.

Haut de page
  • Logo ambiances.net
  • Les cahiers de Revues.org